Ce diaporama nécessite JavaScript.

Projet ANJOMAKELY

Le projet Madagascar existe depuis près de 20 ans désormais. Il est porté par Soeur Elsy, une dame indienne qui a adopté l’île malgache il y a bien des années, et fondatrice de l’orphelinat Ambohipiadanana « La Cité de la Paix » à Anjomakely près de la capitale de l’île, lieu où se tient le projet.
C’est un centre plus qu’un orphelinat, car il héberge 50 jeunes filles de 2 ans et demi à 18 ans n’ayant pas de parents ou dont les parents ne peuvent subvenir à leurs besoins, mais offre aussi le déjeuner aux personnes âgées du village, et contient également le dispensaire médical qui aide les habitants des environs.

Notre rôle là-bas est surtout un rôle humain, participer au quotidien du centre, se lier avec les enfants, s’amuser; mais aussi éducatif, en aidant les enfants pour leurs devoirs, leurs cours (en particulier de français) notamment en donnant des cours de français à l’école ou en organisant des séances de travail pendant les vacances au mois de juillet.
Et bien évidemment l’aide la plus nécessaire que nous pouvons leur apporter est une aide financière car le pays fait partie des pays les plus pauvres du monde… Durant l’année nous avons donc organisé collectes d’argent, ventes de gâteaux, collecte de vêtements, de jouets, de matériel médical pour le dispensaire etc…
Mais toute aide est à adapter aux besoins, si par exemple le centre a besoin de réparation ou de matériel.
Cette expérience, comme n’importe quelle autre soutenue par EMASSI, offre la possibilité de donner toute sa personne pour aider les autres et au passage faire des rencontres merveilleuses que nous ne serons pas prêts d’oublier.

 

Projet VINANINONY

Notre mission principale consistait à donner des cours de français à 650 élèves, du CP à la terminale (ainsi qu’à une vingtaine d’enseignants). Nous effectuions ces cours 6h par jour, du lundi au vendredi.

Après l’école et pendant les récréations, nous jouions avec les élèves au basket, ainsi qu’à des jeux collectifs dans la cour de récréation.

L’argent récolté a permis la destruction d’un ancien bâtiment vétuste de l’école, qui va être reconstruit. Il comprendra 6 salles de classe ainsi qu’une salle des professeurs. Nous avons pu grâce à la bourse FSDIE commander à un menuisier du village 120 tables et 120 bancs pour meubler ces classes-là.

Pendant notre séjour, les sœurs ont pu acheter une partie du terrain où sera construit le dispensaire et un pensionnat féminin pour les écolières résidant loin (certains élèves font 3-4h de marche par jour pour aller à l’école et rentrer chez eux le soir !). Une partie de l’argent récolté a permis l’achat de ce terrain.

Nous avions donc au total 650 élèves qui venaient à la fois de l’école Sainte Catherine mais aussi de l’école publique du village. La moitié des élèves venaient le matin et l’autre moitié l’après-midi.

Chacun de nous avait sa classe (entre 30 et 90 élèves chacun par demi-journée). Nous essayions bien-sûr de privilégier l’expression et la compréhension orales sur celles de l’écrit, mais avec des classes très chargées, ce n’était pas toujours évident ! Nous avons noté une grande amélioration de leur niveau entre les 2 semaines mais aussi à la fin du projet.

Nous avons laissé sur place une trentaine de manuels scolaires (français, maths, science) ainsi que des petits livres et quelques fournitures scolaires.

 

Le village étant très enclavé et n’ayant jamais vu d’occidentaux, l’objectif de notre venue était également de rencontrer ces villageois et de partager nos cultures mutuelles. Ceci a été très bénéfique, et nous nous sentions vraiment bienvenus au sein de Vinaninony !